Mardi 6 octobre 2 06 /10 /Oct 16:10
N'oubliez pas de cliquer sur le bouton "lecture"...



C’était avant que le TGV ne trône en cette gare que je la vis s’approcher souriante, radieuse de me retrouver comme tant d’autres fois.
Radieuse ?
Oui elle était radieuse et je ne comprenais plus rien. Je m’étais préparé à la voir la mine sombre, en pleurs même, je m’étais préparé à devoir la tenir dans mes bras pour la consoler, pas à la tenir dans mes bras comme d’ordinaire pour recueillir son plaisir. Je n’arrivais pas à croire qu’un simple réflexe de joie pavlovienne pouvait expliquer qu’elle exulte à me voir cette fois là. Cette arrivée me déconcertait, je ne savais quoi penser, comment réagir.

Nathalie était heureuse et je me réjouissais de cela mais quelque chose m’échappait, je croyais la connaître et ne la reconnaissais pas dans sa réaction, dans sa façon de gérer la nouvelle. La nouvelle je venais de l’encaisser peu avant dans un centre situé près du studio que je partageais avec France.

Ma première pensée avait été de me demander comment Nathalie le vivrait, comment je pourrais faire pour qu’elle puisse le supporter, pour qu’elle parvienne à admettre ce fait terrible. Je n’avais pensé qu’à ça : comment faire en sorte que Nathalie ne s’effondre pas. Je me trouvais alors devant elle et non seulement elle ne trahissait aucune volonté de s’effondrer mais de surcroît exhibait une bonne humeur qui m’apparaissait complètement décalée alors que je savais qu’elle aussi savait maintenant, qu’elle aussi avait été informée de la chose dans sa ville respective. Un toubib lui avait-il fait prendre une drogue euphorisante ?

Je me demandais si tout ceci était bien réel.


Aucune idée de son habillement ni du mien ce jour là. Beaucoup de choses ont été oubliées et je ne sais plus quand et comment tomba l’explication : son résultat de test qu’elle venait de recevoir lui avait appris qu’elle était séronégative au VIH.


Je n’avais à aucun moment imaginé qu’elle puisse être séronégative alors que je venais d’être dépisté positif. J’avais je crois oublié (occulté ?) cet « accident » de capote source probable de ma contamination, sans doute parce qu’un tel oubli m’arrangeait, sans doute aussi car j’estimais ne pas « mériter » cette contamination alors que j’avais pris mes précautions. J’avais connu plusieurs rapports non protégés qui ne m’avaient pas contaminés et j’aurais été plombé alors que j’avais embrassé la religion du latex !

Je n’avais envisagé de contamination que via Nathalie et j’étais persuadé avant de la savoir séronégative qu’elle seule pouvait être la cause de l’arrivée du virus dans notre couple…

Mais aussi je n’avais pas envisagé qu’un seul de nous deux puisse être contaminé car ignorant à l’époque que cette contamination était bien loin d’être systématique (et que le risque de contamination par rapport sexuel était même très faible).

Je ne pouvais alors imaginer qu’après avoir effectué toutes les galipettes risquées le virus avait pu ne pas se transmettre à l’autre.

Quand elle m’annonça être séronégative je fus alors persuadé que mon test était un faux positif et je crois en avoir été tellement persuadé que l’attente du prochain test fut sereine.


Le test suivant confirma hélas la chose : le virus venait d’arriver dans notre couple et dans ma vie.


http://www.actions-traitements.org/spip.php?article530

Par Acetos - Publié dans : VIH : une vie à positiver - Communauté : Réalités
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Recherche

Calendrier

Octobre 2017
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés